samedi 20 octobre 2012

Revoir 1982 (20/31) Double feature- on la refait! : Conan le barbare

Revoir 1982 (20/31) DOUBLE FEATURE ON LA REFAIT ! : Conan le barbare
Conan le barbare (Conan the Barbarian) de John Milius- 1982- Etats-unis
Vs.
Conan (Conan the Barbarian) de Marcus Nispel- 2011- Etats-unis






VS.



Double Programme le samedi soir, comme l'an dernier ! Cette fois, on voit double. Chaque semaine, on se recolle devant deux films d'affilée, l'un étant toujours le remake de l'autre, et l'un des deux nous provenant, évidemment, de l'inénarrable an 82. Avant dernier samedi avec le secret de l'acier, et un philosophe allemand...




Sur le même principe que les agressions animales de 2011, nous passerons les films et leurs remakes au tamis d'un questionnaire identique chaque semaine, donc voici les questions:
1.Mais pourquoi il voulait le refaire, ce film, il est pas bien ?
2.C'est pas vrai. Ils ont changé la fin ?
3.Et ils ont pris qui, pour le refaire ?
4.Franchement, les effets spéciaux ils  avaient pas l'air vieux ?
5.Ça m'a donné envie de revoir l'autre, non ?
6.Et la scène là, il y est aussi dans le nouveau ?
7.Alors c'est lequel que tu préfères ?
8.Et ils pensaient que ça allaient marcher ?

1.Mais pourquoi il voulait le refaire, ce film, il est pas bien ?

Chef de Gare: Conan, c'est devenu une marque, c'est en tout cas comme ça que le voient les ayant-droits actuellement. Pour justifier le nouveau film de Conan, ces gens pragmatiques nous confirment qu'ils pourraient aussi bien vendre de la lessive, que ce serait pareil. C'est à dire que constatant que Conan était exploité efficacement en jeux vidéos, en bande-dessinée (une nouvelle série chez Dark Horse), en romans (de belles éditions des nouvelles originales et des romans dérivés dans l'univers Hyborien), en jeux de société (Age of Conan, un gros jeu de conquêtes italien), il ne manquait plus qu'un produit à la nouvelle gamme, le long métrage de cinéma. Et puis, comme le film de Milius a une trentaine d'années, il faut absolument mettre le personnage au goût du jour. Parce que les jeunes, c'est bien connu, ils vont pas regarder un film de 1982. D'autant plus que d'après Frederik Malmberg, détenteur des droits cinéma, le monde a tellement changé que la version de Milius, finalement, est une sorte de pièce de musée. Loin de là, en fait ! Le film de Milius a acquis un statut de véritable classique-pour des raisons plus ou moins liées au qualités réelles du film- et on ne peut pas nier que la perspective, non pas de refaire Conan, mais de voir les auteurs du film de 1982 revenir au personnage aurait eu quelque chose d'excitant.  Milius avait d'ailleurs écrit un scénario "Couronne de Fer" (Crown of Iron) dans lequel Conan, vieux roi, devait aller sauver son fils...


T'aimes la loche ? Marcus a pensé à toi ! (tournage de Conan 2011)


Matthias : Et puis Peter Jackson et son Seigneur des Anneaux sont passés par là. L’adaptation du roman de Tolkien a permis de réenvisager ce genre sous un angle nouveau, qui, hélas, bien souvent se contente d’une « mise à jour » des effets spéciaux, bien légitime dans le cas des récits se déroulant en Terre du Milieu – bien moins nécessaire lorsqu’il s’agit de refaire vivre l’Hyborée. Mais les effets de mode sont tels à Hollywood qu’imaginer un film d’Héroïc Fantasy revenant aux sources du genre, et ne nécessitant donc qu’une poignée de personnages et des décors naturels est totalement impensable… Par ailleurs, le succès de la série télé HBO Rome, produite par Milius notamment, a rendu possible le renouveau d’un genre pseudo-péplumesque, auquel se rattache beaucoup plus ce Conan, version 2011. Des muscles, des combats, une vague intrigue, et surtout la promesse de corps nus, huilés, épilés, masculins et féminins, permet d’allécher le spectateur adolescent(e) en quête d’encanaillement tout puritain. D’une certaine façon se rejoue avec ce « truc » de Nispel par rapport au film de Milius, la postérité du personnage de Howard chez Lyon Sprague de Camp en littérature : une trahison, purement et simplement, qui risque d’enterrer pour longtemps le chef d’œuvre original. 

André le géant, à droite, inoubliable colosse de Princess Bride, qui ferait passer Arnold pour un poids-plume ! (tournage de Conan le destructeur, 1984)

 
Chef de Gare: tu as raison d'évoquer Le Seigneur des anneaux de Jackson. En le tournant, Jackson voulait donner "un chef d'oeuvre à un genre qui n'en avait pas". C'est effacer de l'histoire du cinéma le film de Milius. Mais concrètement, cette histoire lui donne raison. Il y a un avant Seigneur des anneaux, et un après. Tu sais combien j'ai été passionné par les sorties cinéma de cette trilogie-et combien je suis un lecteur amoureux de Tolkien, mais Le seigneur des anneaux, de Jakson, ça représente la décadence de l'Héroïc-Fantasy au cinéma. Ayant revu le film de Milius hier, j'ai été frappé à quel point, déjà à l'époque, c'était un film à l'esthétique unique. Sans parler d'une evidence de la mise en scène que Jackson ne touche qu'en de rares occasions. En fait, le Conan de Nispel, outre ce que tu soulignes, je vois ça comme la décadence de la décadence plastique de l'Héroïc Fantasy. Le réalisateur s'en défendrait, mais dès le départ, c'est vendu comme une version X des films de Jackson, qui ont sans aucun doute possible permis la mise en chantier de la version de 2011. 

Matthias : Et tu as raison de parler de version X – outre que comme je le développais dans ma chronique sur Conan, le vrai !, - ce "cinéma" a à voir avec le traitement de l’Héroïc Fantasy dans le cinéma américain. Et je reviens un instant là sur Rome, série qui a bouleversé la représentation non de la violence, mais bien du sexe sur les (petits) écrans américains. Rome est une série dans laquelle l’un des personnages principaux, le légionnaire Titus Pullo, peut évidemment être lu comme l’incarnation d’un Conan du siècle de Jules César. Mais, contrairement à ce qui se passe dans l’Héroïc Fantasy, la brutalité de Pullo dans la série de Bruno Heller, est contre-balancée par une forme de naïveté et d’innocence soutenue par un discours moral qui rend possible la représentation très crue de scènes de sexe à l’écran – et la jouissance donc du spectacle des corps. Si Pullo est un jouisseur, il est aussi le seul personnage de la série à « tomber amoureux », et à se comporter dès lors comme un chrétien pour qui la chair devient le péché – certes encouragé qu’il est en ce sens par la littérale « dépravation » du reste des personnages. Ainsi Atia, nièce de Jules César, et personnage le plus corrompu de la série – qui n’est certes pas manichéenne – nous est introduite, si j’ose dire, dans le premier épisode, en pleine séance de copulation,  sous le regard de ses esclaves. Ainsi un discours moral vient remettre les choses à leur place : ce ne sont plus les faibles qui sont objets de spectacle sexuel, mais bien les puissants. La morale puritaine vient donc de faire son entrée dans ce type de récit : celui qui baise, c’est celui qui est corrompu, c’est le bourreau, le coupable – l’innocent va se caractériser par la disparition progressive de son corps sexué. Il va sans dire que cela permet de fabriquer des spectacles tout à fait licencieux en s’achetant à bon compte la permission morale – la licence – de les regarder. Mais Rome est tout de même une très bonne série. Ce qui ne sera plus la postérité, toujours à la télévision, de ce genre de mises en scène, par exemple avec la série Spartacus, qui plonge sans vergogne – et sans talent…- dans le porno-soft le plus franc. C’est étrange tout de même cette différence entre ce qu’il est permis de montrer à la télévision aux Etats-Unis et ce qu’il est permis de montrer au cinéma ! Parce qu’on sent bien quand même que ce Conan de Nispel, c’est un peu le Spartacus du puceau… 

Difficile de distinguer hommes et femmes chez Nispel ?  Mais non, les nanas ont des chaines ! (Conan 2011)
Le chef de gare : ... D'autant plus ironique que le crédo de Nispel, en abordant son Conan c'était de vouloir faire un film politiquement incorrect, qui irait contre l'air du temps, "une société aseptisée" dont le réalisateur se verrait bien le pourfendeur. Au final, on a un film avec deux trois nichons, et une scène d'amour à contre jour avec une nonne qu'on devine vierge, dépucelée par le Doc Gynéco hyborien, notre cher Conan. Evidemment, la fille tombe amoureuse de lui... terriblement incorrect non ?
Ironique aussi, que ce Conan hérite finalement de Milius, non pas de Conan mais bien de Rome. tu as raison de rappeler combien cette série est séminale, si on se penche un peu sur l'histoire des formes hors du cinéma. Mais à l'origine de ce Conan- et de Spartacus la série télé, il y a aussi le succès d'un certain film de Zack Snyder...

Matthias : Mon très cher Chef de gare, ne m’entraîne pas sur ce terrain… Je sais que tu peux t’enthousiasmer pour Mr Snyder, que pour ma part j’enverrais bien 5 ans au goulag pour avoir osé « remaker » le Zombie de Romero comme il l’a fait – petit film d’action charmant... Mais c’est vrai que son Armée des morts s’élève tout de même au-dessus du 300 pour le coup réellement fascisant et tellement incorrect qu’il est un film qui plaisait fortement à toute cette Amérique que l’on déteste – et dont on espère bien qu’elle va en ce mois de novembre 2012 rester encore quatre ans loin du pouvoir !

Le chef de gare : Détrompe-toi, ce n'est pas sous ma plume que tu liras une défense de 300. Il y a néanmoins quelque chose de son esthétique toute numérique et de sa représentation du sexe qu'on retrouve dans Conan, décidément un produit multiplement dérivé. Mais au premier lieu des inspirateurs de Nispel et de ses producteurs, il y a donc le film de Milius. Et s'ils ont changé la fin, ils ont décidé de nous faire le remake du début.

2.C'est pas vrai. Ils ont changé la fin ?

Matthias : Nous avons donc droit à l’enfance de Conan – que dis-je à l’enfance, à la naissance même, sur un champ de bataille, scène d’un ridicule que l’on ne retrouve que très rarement, et qui donne au film probablement sa seule valeur. Mais avant cette naissance dont on se demande si Nispel ne joue pas là la carte de la parodie, on a donc l’inévitable scène d’ouverture depuis le seigneur des anneaux, qui nous pose l’intrigue : un méchant sorcier est parvenu grâce à la fabrication d’un objet magique à régner un temps sur le monde, puis ses gentils ennemis se sont alliés et sont parvenus à le mettre en déroute, à détruire l’objet magique dont il tirait son pouvoir, mais néanmoins, le mal est toujours là qui rode, un âge plus tard… C’est sûr, ils ne se sont pas foulés. Mais, bon, je suppose qu’ils adressent leur film à un public pour lequel les films de Jackson, c’est déjà de la préhistoire…


Chef de gare:  Dès le départ, Nispel marque effectivement pas mal de points... Après le grand moment de la césarienne- les assaillants font une petite pose pour que père et mère puissent avoir un dernier moment d'intimité- on enchaine donc avec le seul Ron Perlman, qui va repousser les limites de l'acteur qui cachetonne sans en avoir rien à branler de ce qu'il a à jouer, dans des zones où même Malcom Mc Dowel, David Carradine ou Max Von Sydow ne se sont jamais aventurés. Nous avons donc droit à une série de longues scènes hypertrophiant l'éducation de Conan, réglé en une scène fondamentale et belle dans film de Milius. Car Nispel aussi va nous parler du secret de l'acier, et c'est peut dire que d'avouer que si on n'a pas compris qu'il s'agit d'une métaphore... 

Ron Pearlman joue presque aussi bien que la perruque collée sur son menton. (Conan 2011)
 

Matthias : La scène de l’attaque du village est reprise plus ou moins tel quel, tout de même. Et là, on voit vraiment la différence de traitement. Quand Milius n’hésite pas à filmer la cruauté de ce qu’est un massacre – certes, le père de Conan se défend, mais dès le début de l’attaque, on sait qu’il ne pourra se battre qu’avec l’énergie du désespoir – nispel ne peut admettre qu’un village de Cimméro-américains puisse se prendre une branlée sans réagir… On n’a donc droit à une troisième scène de bataille en règle – nous sommes à moins de dix minutes du début du film, hein ! – filmée comme l’affrontement des orques et des rohirims dans Le Retour du roi, mais en beaucoup moins classe quand même. Au fond Nispel est incapable par la mise en scène de distinguer ses personnages : les Cimmériens et les autres, ce sont tous les mêmes, et dès lors il est normal qu’ils s’entretuent puisqu’ils ne sont capables que de ça. Et si le père de Conan est vaincu, ce n’est forcément que par traitrise. Sa mise à mort, que l’on veut atroce et perverse, n’est en fait qu’un motif que l’on trouve désormais dans n’importe quel film d’horreur qui se respecte depuis Saw : ou c’est toi qui meurt, oiu c’est moi. Une économie narrative digne de la télé-réalité. Mais ça permet de faire un peu de grand sentiment – et ce sentimentalisme est tout l’opposé de la scène de la mort de la mère de Conan, moment élégiaque et réellement cruel dans le film de Milius. Et puis, ça parle, ça parle…

Chef de Gare: ça parle, oui, pour dire des trucs comme "tu n'es pas encore prêt pour cet épée" ou "Conan, ce qui est important, pour l'acier, c'est le feu ET la glace"- enchainé par une scène d'entrainement martial sur la glace, directement pompé à Batman Begins.  La scène de la mort de Perlman n'émeut pas, alors qu'on est bouleversé dans le film de Milius, simplement parce qu'on apprécie le sadisme ingénieux de la torture imaginée par Kalar Zhym. Quelques mots du jeune Conan, qui est peut-être l'acteur le plus insupportable du film- à voir les mines de badboy qu'il nous minaude on est tout de suite du côté de ses bourreaux. Dans le film de Milius, Conan est présenté, avant l'attaque du village en train de pêcher. Les cimmériens sont montrés comme des gens paisibles, en fait, Milius nous les montre appartenant à une société civilisée. Si Conan est un barbare, chez Milius, c'est d'avoir été rendu à la sauvagerie par Thulsa Doom. Chez Nispel- et c'est une des raisons pour lesquelles je déteste son film- n'a non seulement rien compris au film de Milius, mais dit le contraire. Chez lui Conan est un enfant sauvage, sadique même, habité par une violence qui fait peur- en fait non, avec le talent de Nispel, elle fait rire, voir la scène grotesque où il joue les Karaté Kid et démonte 6 sauvages armés à lui tout seul, sans casser l'oeuf qu'il a dans la bouche. Conan, pour Nispel, ce n'est pas un enfant à qui on a tout pris, un orphelin absolu, c'est un sadique qui a la chance de vivre dans un monde que sa violence na va pas réprimer, mais glorifier.


Pour les dialogues, Jason Momoa s'applique. (Conan 2011)


3.Et ils ont pris qui, pour le refaire ?

Matthias : Donc dans le rôle du père on retrouve Ron Perlman, qui devient un habitué du genre, puisqu’on l’avait croisé dans Outlander, King Rising et surtout Le Derniers des templiers, avec le pauvre Nicolas Cage dont on ne supposait pas qu’il était tombé si bas. Même ce Conan imbécile et laid semble un film tenu à côté de cette bêtise à destination d’un public adolescent arriéré, qui nous offre tout ce que l’on peut détester dans l’Héroïc Fantasy : racisme, misogynie, superstition. Un cinéma réactionnaire, mal fichu, et même plus inoffensif. Le stade en dessous, c’est L’Innocence des musulmans. Mais, bon, en effet, c’est toute la dignité de la démocratie que de laisser faire de telles bouses nauséabondes…
 
Le Chef de Gare: Raciste ? T'es dur... Tu dis ça parce que le noir est rigolo et que l'arabe est voleur ? Je t'avoue que j'ai trouvé que Jason Momoa en Conan est une bonne trouvaille. Il dégage par moments quelque chose qui fait songer à la présence de Scharzennegger en 1982, il a une adresse de fauve, il manie bien les armes, il a un air parfaitement bovin. je le trouve vraiment bien, son Conan.

Matthias : Raciste, en effet, je le crois. Mais même pas assumé. Le choix de Tagmahoui pour jouer le compagnon de l'autre abruti, en dit long : certes, c'est un arabe qui est du côté des "gentils", mais c'est tout de même un voleur professionnel, et un couard qui plus est. Raciste, je maintiens !

Le chef de Gare : Et mysogine aussi ? C'est quand même pas parce qu'il y a des blagues avec une fille qu'on attache,  qu'on baillonne et qu'on trimballe contre son gré jusqu'à ce qu'elle cède devant tant de charme animal, si ?

4.Franchement, les effets spéciaux ils avaient pas l'air vieux ?

Matthias : Ben justement, le numérique est venu tuer toute l’essence du genre. Déjà chez Jackson, le caractère abstrait des effets numériques tirait la série vers le merveilleux. Ce qui n’est pas complètement absurde, puisque si Le Seigneur des anneaux appartient au genre de la Fantasy, il est plus proche de la Sword and Sorcery que de l’Heroïc comme tel. Il n’y a nulle sexualité chez Tolkien. Et il n’y en a n’a pas non plus chez Jackson. Avec Conan et ses corps « photoshopé », nous retrouvons bien quelque chose d’érotique, mais le numérique – et la mise en scène virevoltante typique du film d’action et exactement à l’opposé des longs plans séquences de Milius - vient signifier la faillite du genre : le corps n’est acceptable que lorsqu’il passe par le tamis informatique. Le corps n’est acceptable que lorsqu’il est une image, et plus un corps. Le Conan de Milius était un iconoclaste, celui de nispel est un fétichiste : il est devenu comme le fidèle de Thulsa Doom. Impuissant, soumis à sa seule belle représentation. Une icône, ce que n’était surtout pas Schwarzenegger – et même s’il l’est devenu par la suite, entraînant et confirmant par là le lourd malentendu autour du film et du genre tout entier.

Conan a un copain noir rigolo qui lui explique où est la caméra. (Conan 2011)

Le chef de gare : Je ne suis pas aussi tranché sur le film de Nispel. Son film est absolument hideux, mais je te disais que je trouvais Momoa intéressant, et il a un peu de la laideur et de la monstruosité de Shwarzenneger chez Milius. J'ai même vu le contraire de ce que tu dis: la caméra de Milius me paraît plus fétichiste que celle de Nispel. Chez Nispel, c'est très pragmatique, il n'y a pas de fétichisme, justement. Si un acteur ne peux pas le faire, si un décorateur ne peut pas le construire, l'ordinateur le fera. Pour Milius, par contre, le corps de l'acteur doit être là. Le décor dois être en dur. Et aujourd'hui encore, il n'a pas dévié. A la Rome numérique de Gladiator, Milius et Heller ont préféré une Rome construite en dur à Cinecittà. Mais évidemment, tu as raison, l'effet numérique est une négation du genre Heroïc-Fantasy.


... Aucune minorité visible ne sera délaissée: on a aussi l'arabe voleur. (Conan 2011)
Matthias : Je devrais plutôt parler d’auto-fétichisme alors. C’est bien Conan dont je considère qu’il devient un personnage fétichiste, et non du regard de son metteur en scène – puisque tu as raison, tout se passe bien au contraire comme si le metteur en scène tout puissant par l’informatique n’a plus que faire de ce qu’il montre. Mais le personnage, lui, loin de porter son regard en son intérieur, comme le fait le Conan de Milius à la fin du film, ne le pose plus que sur sa surface : Conan est devenu un Narcisse, voilà le drame. Ca me permet là de rebondir sur ma chronique au sujet de The Loveless : je pense que tout ce cinéma entamerait sa disparation si ceux qui le font et qui le regarde – en l’appréciant – acceptaient leur foncières pulsions homosexuelles. Et peut-être pourraient-ils faire des choses un peu plus intéressantes… Mais là encore, le refoulement propre à la société puritaine ne peut que provoquer ce genre d’aberrations cinématographiques…

Le chef de gare : Diable ! ça c'est pour toi Marcus ! Non franchement, le Conan de Nispel dégouline plutôt de toute une imagerie hétérosexuelle la plus basse de plafond qui soit, entre nonnes et putains, miches à l'air et vierges qui ont le privilège d'être dépucelées par des trousseurs de jupons experts es-quequette. Par contre, je te rejoins quand tu dis que dans son film Milius filme un regard intérieur. C'est exactement de ça qu'il s'agit: il y a beaucoup de plans, dans le film de 1982, nous montrant Conan en train de penser. Et Milius filme ces images avec la même mise en scène que lorsqu'il filme des affrontements. Ce qui est beau dans le film de Milius, c'est qu'au fond Conan n'est pas un corps en mouvement. C'est un corps mouvementé. En 1982, le corps de Conan est un stigmate de son aliénation totale. Ce corps, il ne l'a pas voulu. Sans l'anéantissement de son peuple, Conan serait devenu ce qu'il aurait choisi d'être. Il y a une très belle scène coupée dans le film, mais réintégrée au montage du Blu-Ray, montrant Conan discutant avec Subotai et évoquant avec amertume son enfance, et combien il est conscient de la fatalité de son existence. C'est une scène cruciale et Milius ne l'avais retirée que parce que l'accent de Shwarzenegger était jugé incompréhensible. C'est une scène qui donne la chair de poule. Donc chez Milius, le corps hypertrophié de Conan, c'est aussi une blessure magnifique, un puissance à la hauteur de la souffrance qu'il a endurer, et c'est pour cela aussi qu'elle ne doit pas être belle, il faut qu'elle est quelque chose de monstrueux, aussi monstrueux que ce qu'à été le martyr de Conan. Le Conan de Nispel, qui vraiment n'a rien compris du tout, fait des clins d'oeil. C'est un charmeur, un Dom Juan. Avec l'enfance qu'on nous a montré, il est évident que Conan serait devenu ce qu'il est, de toute façon. C'est vraiment juste un culturiste hyper violent. C'est évidemment une trahison de Howard, mais Milius, qui l'avait aussi trahi, l'a fait avec une humanité et un regard sur ce moment qu'est l'enfance qui n'a rien de commun avec ce qu'on dit la plupart du temps de son film. Conan le barbare (1982) est un film encore profondément incompris.


La gamine avec les lèvres roses, à droite, c'est Conan. Il va démolir le bad boy à gauche et ses cinq frères en faisant du karaté dans la neige. (Conan 2011)


Matthias : Bien entendu, mon cher Chef de gare, je ne peux te contredire complètement lorsque tu évoques l'imagerie hétérosexuelle du film de Nispel. Ce que je voulais plutôt souligner, c'est justement que l'hétérosexualité rassurante de ce film pour le mâle dominant n'existe en fait que dans l'imagerie justement. C'est un gage donné à la fois au spectateur, supposé adolescent masculin, et à l'époque pourrait-on dire, quand je perçois tout de même que l'intérêt du regard, si l'on peut supposer qu'il y en ait un, de Nispel, et de l'ensemble de la production, ne porte que sur les montagnes musculeuses qui s'ébattent à chaque scène. Le corps des hommes est beaucoup plus présent à l'image que celui des femmes, et les quelques nudités féminines rapides ne m'apparaissent en contrepoint que de l'ordre du signe. Le désir dans le regard s'exprime d'abord pour les corps masculins. Je suis d'ailleurs assez persuadé qu'un jeune spectateur, loin d'être émoustillé par les femmes dans ce film, on en a vu d'autres, bavera probablement beaucoup plus sur la musculature sculpturale de Conan et de ses amis. C'est aussi pour ça que je me permettrais de parler de narcissisme au sujet de cet érotisme de surface.
Je crois que si l'on cherche des représentations d'un érotisme hétérosexuel, qui fait vraiment partie du genre, et n'est surtout pas exempt d'un certain machisme, on les trouvera beaucoup plus dans Excalibur par exemple, tournée la même année que Conan, ou plus proche de nous, dans la série Le Trône de fer, a contrario de la série déjà évoquée, Spartacus, qui toutefois assume beaucoup plus son caractère homosexuel, et donc subversif, que ne le fait ce Conan hypocrite et réprimé

Si seulement il pouvait se prendre un coup de tomahawk dans la face.


5.Ça m'a donné envie de revoir l'autre, non ?

Matthias : Oui, pour se nettoyer les yeux ! Ce qui m’attriste vraiment dans toute cette histoire, ce que quiconque découvrira Conan avec la version de Nispel ne pourra pas regarder celle de Milius avec la virginité nécessaire. C’est là probablement la contrepartie d’être d’une époque et pas d’une autre. Il est évident que le film de Milius paraitra à de jeune gens un film d’une lenteur quasi-bergmanienne… Et si la représentation du sexe à l’écran est au fond plus full frontal comme disent les américains dans le film de Nispel, la représentation de la violence est elle à son paroxysme – tout en étant comme pour le sexe en permanence désamorcée par les propos et la mise en scène. Ce cinéma de l’accoutumance interroge évidement. Mais surtout rend la réception d’un film comme le Conan de Milius presque impossible, car à la fois tout est proche et tout est dissemblable. Il faudra une sérieuse éducation de l’œil pour parvenir à remonter au-delà de ce nispel dont le seul projet semble de faire oublier qu’il puisse exister une autre façon de mettre en scène les corps que celle qui consiste à les glorifier tout en les niant tout à fait. Un cinéma nihiliste, profondément, là oui, nous pouvons le dire. Un cinéma du ressentiment même. Ce Conan est sûrement finalement plus nietzschéen que celui de Milius – mais du Nietzsche du Dernier homme, et certainement pas celui du Surhomme…

On ne dira plus qu' Arnold n'a rien dans la tête. (Conan, 1982)
Chef de Gare:  J'ai toujours envie de revoir le seul Conan, celui de 1982. Je ne me sens pas attristé par le film de Nispel. C'est un film qu'on aura oublié dans 2 ans, tout comme on a oublié Red Sonja, Conan le destructeur, qui étaient de meilleurs films. Le film de Milius a inspiré partout dans le monde des culturistes, des catcheurs, des jeunes gens qui vouaient un tel culte à ce film qu'il connaissais par coeur leur réplique préférée ("qu'est ce qu'il y a de mieux dans la vie...") et on commencé à prendre des stéroïdes et a pratiquer la musculation comme on en voit dans le documentaire de Christopher Bell, Bigger Stronger Faster. Ce rapport la à Conan est pour moi fondé sur un malentendu, je pense que le film de Milius n'a rien a voir avec le culturisme, la glorification du culte du corps et de la violence et ceux qui l'aiment en y voyant ça- et qui me touchent profondément-n'aiment pas du tout le même Conan que moi. Ce film a tellement compté dans ma construction, je m'y suis si souvent promené, j'ai acquis la conviction que c'est un film très secret, très intime pour Milius, très féminin d'une certaine manière (Le lion et le vent est peut-être le film le plus proche de Conan dans la filmographie de Milius, il fait un usage très semblable du personnage féminin ) que je ne me sens plus concerné par le malentendu Conan. Il faut voir la tête des gens quand tu leur dis que Conan le Barbare est ton film préféré. En général, on pense que tu parles au second degré. Je vois le film de Nispel comme une pierre de plus à cette édifice érigé à la gloire de ce Conan qui est plus celui des plagiaires que de Howard et Milius. Ce qui est important, c'est que contrairement à toi, je pense que le film de Nispel ne fera jamais d'ombre à celui de Milius. Le film de Milius est là dans un édition Blu-Ray superbe, ceux qui iront vers lui maintenant seront de toute façon des cinéphiles suffisamment ouverts pour recevoir le film. Les textes d'Howard bénéficient enfin d'une édition critique de haute volée, dans des ouvrages superbement édités, avec une approche littéraire qui est celle que l'écrivain mérite. C'est un français, Patrice Louinet qui dirige cette entreprise critique remarquable, qu'on pensait réservée à Tolkien. La musique de Conan a bénéficié d'un ré-enregistrement splendide, et une version intégrale va sortir. Donc Conan tel quel est accessible. C'est le plus important. Le reste, ce sont des produits dérivés, plus ou moins bons, parmi lesquels les passionnés comme moi savent faire le tri. Par contre, il est vrai qu'imaginer que quelqu'un puisse découvrir le Conan du cinéma par le film de 2011 fait un peu grincer des dents.
Et puis je t'avoue que je n'arrive pas non plus à le trouver nihiliste ce film. C'est un pur produit de l'air du temps, comme un Fast and Furious ou un Banlieue 13.

6.Et la scène là, il y est aussi dans le nouveau ?

Le chef de gare : Dans les deux films il y a une rencontre amoureuse, et une scène d'amour. Je propose donc de les comparer. la scène d'amour du film de Milius est au coeur d'un montage sans paroles, mais en musique, qui dépeint l'attachement progressif de Conan et de Valeria, au fil des jours de répit qu'ils partagent en dilapidant l'argent gagné après le pillage de la tour du serpent.
La caméra, tout au long de ce montage observe une position médiane, jamais de gros plan, jamais de plan trop éloigné, qui nous place à la juste distance des personnages: nous sommes témoins de leur amour sans jamais être associés à une intrusion dans leur intimité. Au cour de ce montage qui tend à donner une valeur égale à toutes les images en les enchainant par des fondus, on peut, à y bien regarder en trouver une qui porte le coeur du film. Conan est de dos, on ne voit pas son visage, mais la réaction de Valéria, qui écarquillent les yeux brusquement. Dans un premier temps choqué, elle a ensuite une seconde réaction, serrant Conan contre sa poitrine dans un geste très maternel. Au fil des visions, il me semble impossible d'imaginer qu'à ce moment là, Milius filme autre chose que l'aveu que Conan fait à sa compagne du massacre qui mit fin à son enfance, et du calvaire qu'il endura ensuite. La délicatesse avec laquelle cette confession pourtant essentielle est montrée est-elle la marque d'un cinéaste fasciste, misogyne et fasciné par la musculature de ses acteurs ? On fond, dans cette scène, oui Conan se déshabille vraiment, et Milius aussi.

Que devient l'équivalent de cette scène sous la caméra de Nispel ? "la scène de cul" comme on disait du temps de ma jeunesse des films qui en proposaient une. La plus fameuse alors, c'était celle du Nom de la Rose... Nispel, lui nous la joue très chaste-on sent qu'il n'a qu'une doublure féminine sous le coude, et fait le job, fournissant le moment fesse de rigueur sans la moindre émotion. on voit des corps nus, et pourtant personne n'est déshabillé. Grammaire pornographique, mais qui avec ces éclairages pudiques, façon projo-rasant-la pointe-de-tes-tétons, n'a même pas la beauté de ces images où l'on cherche à exposer le moindre recoin de peau.


JP Dionnet, A. Shwarzenegger, P.Manoeuvre sur le plateau de Sex Machine, pour la promotion de Conan le barbare, en 1982. Métal Hurlant publiait alors un hors-série sur le film, que les deux zozos avaient adoré.

Matthias : Nous avons déjà parlé de la scène de l'attaque du village, au début de chacun des films. Pour le reste, on peut chercher, je ne pense pas qu'on trouvera d'autres scènes pouvant évoquer le film de Milius. C'est que les moyens mis en œuvre sont foncièrement opposés : le film de Milius met en scène une forme de liturgie païenne, solennelle, lente, presque alanguie à certains moments, et dont les moments de batailles sont les résolutions. Quand Nispel fait un film d'action, véritable tombeau du genre, avec ses scènes de poursuite, ses combats en 3D – n'oublions pas que le film fut présenté dans une version « Luna Park », typique de l'action movie de ces dernières années – ses séquences de foules numériques... Au fond, ce film a beaucoup plus à voir avec Pirates des Caraïbes qu'avec le Conan de Milius – et c'est avec cette série qu'il faudrait chercher les scènes en commun. Toutefois, le recours au genre de l'Héroïc Fantasy permet de se rassasier de toute une symbolique réactionnaire à peu de frais. L'alliance du puritain et du money-maker a décidément encore beaucoup d'avenir à Hollywood...

Le chef de gare : D'ailleurs si Nispel était si interessé par la subversion, il suffisait de s'interesser un peu à la vie d'Howard. Le père littéraire de Conan est tout de même un homme qui s'est suicidé à 30 ans quelque jours après le décès de sa mère. Sans extrapoler de façon exagérée, il semblerait que ce décès ait beaucoup pesé dans la décision d'Howard de mettre fin à ses jours, même si évidemment, pareil geste peut être décidé avec une part d'impulsivité fatale et irréductible à toute explication psychologique. Mais tout de même, il est frappant de voir, au fond, que la figure centrale de la vie d' Howard était une femme, dont il était probablement follement proche. Peut-être que Milius a trahit Howard, mais il lui a rendu un hommage magnifique, selon moi, en mettant au cœur du film- et dans le cœur de Conan- deux femmes, très semblables : sa mère, et son double Valéria. Je ne trouve pas le film de Nispel puritain- il y a une approche du sexe très décomplexée, et qui n'est pas associée à la négativité des personnages, il y a même un certaine joie là-dedans qui n'est pas l'aspect le plus déplaisant du film. Par contre, le film est très conformiste, moralement. Ce qui n'est pas le cas de Milius, qui mine de rien, au bout du compte, va même interroger la légitimité du désir de vengeance de Conan, par le discours que lui adresse Valéria (« Passons notre chemin, ce soir... »), la scène coupée que j'évoquais, et par le final au sommet de la tour, qui nous montre un Conan ébranlé par la vérité des mots de Thulsa Doom.

7.Alors c'est lequel que tu préfères ?

Le chef de gare : "Mon" Conan de 1982, réalisé par John Milius. Mais je n'ai jamais eu l'impression qu'on était très nombreux à l'avoir vraiment vu, ce film-là. 

Matthias : Mon Conan à moi est le même que le tien, et je crois bien que je pourrais diviser le monde en deux catégories : ceux qui l'ont vu, et ceux qui ne pourront jamais le voir. Je n'oublie pas non plus, cher Chef de gare, que la première conversation sur laquelle s'est nouée notre amitié, il y a de ça de nombreuses années maintenant, c'était sur ce film, dont nous n'avons toujours pas fini de parler ! 

8.Et ils pensaient que ça allaient marcher ?

Le chef de gare : Ils ont flambé une fortune pour la merguez de Nispel. Entre 70 et 90 millions de dollars, ça fait cher le kilo de gras, et même pas de quoi se payer un metteur en scène, un chef op' ou un compositeur. Je pense qu'ils ont dû commencer à avoir des doutes, quand même, avec les premiers retours. Ce qui ne les a pas empêché de redoubler d'efforts sur la promo. Et j'ai failli le voir en salle, le machin. J'étais à Londres au moment de la sortie, il y avait ces grandes affiches partout que je trouvais assez belles, et j'avais envie d'y croire. Au vu des premières critiques, j'ai tranquillement attendu le DVD. Et pas mal de monde a du faire comme moi, vu la gamelle que c'est ramassé le film...  Comme quoi, ce qui ne te rends pas plus riche te tues. On est débarassé d'un Conan cinéma pour un moment... Par contre, pour finir sur une note d'espoir, c'est encore à la télé que nous avons vu l'année dernière le salut de l'Heroïc Fantasy avec Le trône de fer, absolument superbe, et dans lequel jouait d'ailleurs Jason Momoa.

Matthias : Là, tu me fais plaisir, mon ami ! Ce truc s'est donc écrasé comme la bouse qu'il est – et finalement, ce n'est peut-être pas une mauvaise nouvelle qu'Hollywood nous laisse en paix avec ce genre pendant quelques années encore. Probablement que l'Héroïc Fantasy n'est pas complètement exprimable dans le cinéma mainstream qui est celui d'Hollywood. Et c'est vrai, tu as raison, nous pouvons légitimement espérer que le Conan qui survivra, sera celui de Milius. Aussi parce que ceux qui considèrent ce film comme un chef d'œuvre parviendront bien à le faire reconnaître comme tel. J'attends le moment, dans une petite quinzaine d'années, où je pourrai le présenter à ma fille – et me réjouir, j'espère de voir qu'en effet la magie continue d'opérer !

Le chef de gare : ça prouve aussi qu'il ne faut pas penser à la place du grand public. Une grande partie des spectateurs potentiels de ce Conan se sont, je pense, sentis insultés par le film. C'est mon sentiment. C'est toujours compliqué, d'analyser ce genre d'échec. Avec des valeurs similaires, les Transformers de Michael Bay triomphent. Peut-être est-ce la qualité du spectacle qui fait la différence, et qu'on fond, la narration n'importe plus quand les effets sont bons ? On aura d'ailleurs l'occasion de voir un essai de cinéma très sensoriel dans le prochain Double Feature. Pour l'heure, il semble bien que le public n'est plus envie de voir de la fantasy décérébrée, moche, mal filmée et mal jouée. 

Quant à ta chère petite, camarade, j'espère qu'elle viendra ici nous parler des 45 ans du film de Milius. Mais franchement, je ne crois pas que Conan, ce soit tellement pour les filles. Tu en connais toi, des nanas qui adorent Milius ? Pourtant, j'ai l'impression que n'importe quelle adolescente de 13 ans aurait envie de ressembler à Valeria. par contre, pas sûr qu'elle apprécie tellement la princesse de Nispel...
Il y a tout de même un plan que j'aime beaucoup, dans le Conan de Nispel. A un moment, Conan se fait apporter une cruche de boisson par une imposante tôlière aux longs cheveux gris, une femme qui a l'âge d'être sa mère. Joyeux, ivre, le barbare l'embrasse gentiment. J'aime beaucoup ces dix secondes.




Conan le Barbare, 1982. Sandahl Bergman et John Milius.




















Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire